Etude de phase II évaluant l’efficacité et la sécurité de l’olaparib en monothérapie, chez des patients précédemment traités, ayant une tumeur solide avancée avec un statut HRRm ou HRD positif

Essai clinique

Type : Industriel
Statut dans le centre : Ouvert
Phase : II
Étape du traitement/prise en charge : Stade métastatique 2ème ligne
Date d'ouverture : 14/02/2019
Date clôture : 13/02/2023
Promoteur : Merck Sharp & Dohme
Résumé :

Les tumeurs solides cancéreuses, comme les carcinomes ou les sarcomes, repérables par un amas de cellules localisé représentent la majorité des cancers. Un cancer métastatique ou disséminé signifie que les cellules cancéreuses ont migré à travers le corps, par la voie des vaisseaux sanguins ou lymphatiques et ont colonisé un ou plusieurs autre(s) tissu(s), loin de la tumeur d’origine.

Le traitement de référence dépend de plusieurs facteurs, notamment du type de cancer, du stade du cancer, des préférences personnelles et de l’âge des patients. Il existe différents traitements du cancer utilisés seuls ou associés entre eux : la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie, l’hormonothérapie, l’immunothérapie ou les thérapies ciblés. Parmi ces dernières, on retrouve par exemple des traitements ciblant spécifiquement des mutations de BRCA ou HRRm/ HRD situées à la surface ou à l’intérieur des cellules cancéreuses et qui altère la réparation des dommages normaux de l'ADN.

L’olaparib est un inhibiteur de la poly(ADP-ribose) polymérase (PARP). Il s’agit d’une protéine qui aide les cellules endommagées à réparer leur ADN. Certaines cellules cancéreuses, comme celles ayant une altération des gènes HRRm/HRD, dépendent de la PARP pour conserver leur ADN en bonne état. Ainsi, l’olaparib empêche le PARP de réparer les dommages de l'ADN entraine la mort des cellules cancéreuses.

L’objectif de cette étude est d’évaluer l’efficacité et la sécurité de l’olaparib en monothérapie, chez des patients précédemment traités, ayant une tumeur solide avancée avec un statut HRRm ou HRD positif.

Les patients recevront de l’olaparib 2 fois par jour. Le traitement sera répété en l’absence de progression de la maladie ou d’intolérance au traitement.

Les patients seront suivis pendant une durée maximale de 53 mois après le début de l’étude.

Domaines/spécialités :
  • Cancers gynécologiques
    • Ovaire
    • Trompe de Fallope
  • Cancer du sein
Pathologies :
  • Tumeur maligne du sein - Cim10 : C50
  • Tumeur maligne de l'ovaire - Cim10 : C56
  • Tumeur maligne d'une trompe de Fallope - Cim10 : C570
Liens externes :

Critères de population

Sexe : Homme et femme
Age minimum : 18 ans
Critères d’inclusion :
  • Âge ≥ 18 ans.
  • Tumeur solide avancée, métastatique et/ou non résécable confirmée histologiquement ou cytologiquement et ayant présenté une progression de la maladie sous traitements recommandés, connus pour procurer un bénéfice clinique ou y être intolérants. Il n’y a pas de limite au nombre de schémas thérapeutiques antérieurs. Les patients ayant un cancer de l’ovaire et du sein dont la tumeur présente une mutation germinale ou somatique du gène BRCA qui n’est pas éligible pour un traitement curatif et pour qui le traitement recommandé a échoué sont autorisés.
  • Biopsie à noyau ou excisionnelle nouvellement obtenue d’une lésion tumorale, ou bien une inclusion archivée à la paraffine fixée au formol.
  • Mutations délétères confirmées de manière centralisée, connues ou suspectées dans au moins 1 des 15 gènes spécifiés impliqués dans la HRR ou un HRD confirmé de manière centralisée selon le test HRR-HRD de Lynparza.
  • Au moins une lésion mesurable radiographiquement par tomodensitométrie ou imagerie par résonance magnétique selon les critères RECIST v1.1 ou RECIST 1.1 modifiés par le PCWG.
  • Indice de performance ≤ 1 (OMS).
  • Esperance de vie ≤ 3 mois.
  • Fonction des organes adéquate.
  • Contraception efficace pour les patients en âge de procréer pendant la durée de l’étude et au moins pendant 3 mois après la fin du traitement à l’étude.
  • Test de grossesse urinaire ou sérique négatif avant le début du traitement de l’étude.
  • Patient affilié ou bénéficiaire d’un régime de sécurité sociale.
  • Consentement éclairé signé.
Critères d’exclusion :
  • Métastases actives du système nerveux central et/ou une méningite carcinomateuse. Les patients ayant des métastases cérébrales préalablement traitées peuvent participer s’ils sont stables sur le plan radiologique, clinique et s’ils ne nécessitent aucune corticothérapie pendant au minimum 14 jours avant l’administration du traitement de l’étude.
  • Progression de la maladie durant une chimiothérapie à base de platine (cisplatine, carboplatine, ou oxaliplatine en monothérapie ou en association) pour une tumeur solide avancée (métastatique et/ou non résécable),
  • Affection gastro-intestinale qui affecte l’absorption (ex : gastrectomie, occlusion partielle de l’intestin, malabsorption).
  • Syndrome myélodysplasique ou leucémie myéloblastique aiguë ou présence des caractéristiques suggérant la présence d’un syndrome myélodysplasique d’une leucémie myéloblastique aiguë.
  • Autre tumeur maligne connue qui a progressé ou qui a nécessité un traitement actif au cours des 5 dernières années. Les patients ayant un carcinome basocellulaire cutané, un carcinome épidermoïde cutané, un carcinome canalaire in situ ou un cancer du col de l’utérus in situ ayant fait l’objet d’un traitement potentiellement curatif sont autorisés.
  • Traitement par des facteurs stimulant la prolifération des colonies (ex : facteur stimulant la prolifération des cellules de la lignée granuleuse [granulocyte colony-stimulating factor, G-CSF], facteur stimulant la prolifération des colonies de granulocytes et de macrophages [granulocytemacrophage colony-stimulating factor, GM-CSF] ou érythropoïétine recombinante) dans les 28 jours avant le début du traitement de l’étude.
  • Traitement par olaparib ou tout autre inhibiteur de la polyadénosine 5 'diphosphoribose (poly (ADP ribose)) (PARP).
  • Greffe de moelle osseuse allogénique ou une double greffe de cordon ombilical.
  • Transfusion de sang total au cours des 120 derniers jours précédant l’entrée dans l'étude. Les transfusions de plaquettes et de globules rouges sont acceptables si elles ne sont pas effectuées dans les 28 jours suivant le début du traitement à l'étude.
  • Hypersensibilité à la substance active ou à tout excipient des produits expérimentaux et antécédents d’allergie ou d’hypersensibilité aux composants de l’olaparib.
  • Incapacité à avaler un traitement.
  • Sérologie VIH, VHB ou VHC positive.
  • Femme enceinte ou en cours d’allaitement.

Centre d'investigation

Nom : Centre Georges François Leclerc - CGFL
Ville : DIJON (21)
RESPONSABLE MÉDICAL
Nom : Dr ISAMBERT
Prénom : Nicolas
Téléphone : Non disponible
Email : nisambert@cgfl.Fr
CONTACT TECHNIQUE
Nom : DUROUX
Prénom : Hélène
Téléphone : 03 80 73 75 00
Email : hduroux@cgfl.fr

Référentiels Oncologik

  • Ovaire
  • Sein (principes de prise en charge)
  • Reins